médicaments du diabète

Classification des médicaments du diabète 

Les médicaments du diabète est un groupe de médicament très hétérogène et aux mécanismes d’action divers.

Ils se répartissent classiquement en insulines (injections sous-cutanés)
(pour suppléer à l’absence totale de celle-ci dans le cas de diabète de type 1 dit insulinodépendant)
et parfois avec une plus ou moins longue évolution des diabètes de type 2 (qui deviennent insulino-requérants)

et pour le diabète de type 2 (dit non insulinodépendant)

en médicaments (per os, sauf les agonistes du GLP-1)


– insulinosécréteurs (sulfamides hypoglycémiants et glinides),
– améliorant l’utilisation du glucose = biguanides (metformine),
– ralentisseurs de l’absorption du glucose (inhibiteurs de l’alpha glucosidase)
– améliorant l’action de l’insuline (incrétines = Gliptines et agonistes du GLP -1 (inj s/c)
– augmentant l’élimination urinaire du glucose (inhibiteurs du SGLT2)

Récapitulatif des différents profiles d’insulines disponibles

Ainsi en fonction de leur durée d’action on trouve les insulines : ultra-rapides, rapides, intermédiaires lentes et ultra-lentes 

 

Analogues de l’insuline

(lispro, asparte, glulisine)

Modifiées pour augmenter leur rapidité d’action mais leur effet est plus bref  (3 à 4 heures au lieu de 6 à 8 heures pour l’insuline humaine)

 

Action (en sous-cutané) :
début = 15 minutes
durée = 3 à 5 h

Les analogues de l’insuline disponibles :

insuline lispro = HUMALOG® / Laboratoire LILLY

insuline asparte = NovoRapid® / FIASP® (2017) L’insuline FIASP diffère par l’ajout de 2 excipients, le nicotinamide (délai d’action plus rapide) et l’arginine (stabilisateur), limitée à l’adulte. / Laboratoire NOVONORDISK

insuline glulisine = APIDRA® / Laboratoire SANOFI-AVENTIS

 

Utilisation :

– sont utilisées avant les repas ou pour corriger les hyperglycémies postprandiales

– Ne permettent pas de couvrir la journée ⇒ associer à une insuline lente (basale)

– Utilisable pour les pompes à insuline

-Voie IV possible

Insuline humaine
Fabriquée de nos jours par génie génétique : consiste en l’insertion d’un gène codant pour les chaînes A et B de l’insuline humaine dans l’ADN de bactéries (E. Coli pour le laboratoire SANOFI-AVENTIS) ou d’un champignon, (le Saccharomyces cerevisiae pour le laboratoire Novo Nordisk)


Utilisée en IV (délais et durée d’action plus courts) ou en s/c ou avec pompe à insuline
– Insuman® Rapid /Laboratoire Sanofi-Aventis
– Actrapid ® HM / laboratoire Novo Nordisk

Action
Début 20 à 30 minutes
Pic 2 à 4 heures
Durée 6 à 8 h

 NPH  Neutral Protamine Hagedorn


NPH INSULATARD® Laboratoire NovoNordisk / HUMINSULINE basal® Laboratoire LILLY


  • Pic : 4 h et 8 h après l’administration.
  • Durée d’action (10-16 h) (⇒ Administrer toutes les 12 h)

Indications spécifiques  
Patients sous corticoïdes de courte durée d’action (p. ex. prednisone ; dans ce cas 1 injection par jour le matin) Insuline avec grande variabilité intra-individuelle. Comme elle est trouble, il convient de l’homogénéiser en roulant le stylo entre les mains puis en le retournant (environ 10)

Insuline détémir

(AMM à partir de 1 an)

Action :

  • Début 2 heures
  • Pic NON
  • Durée 18 heures (⇒ administrer 1 à 2 x/jour ne couvre pas les 24 h)

 LEVEMIR® du Laboratoire NOVONORDISK


Insuline Glargine

(AMM à partir de 2 an)

Action :

  • Début 2 heures
  • Pic NON
  • Durée 24 heures

LANTUS® du laboratoire SANOFI-AVENTIS


ABASAGLAR® (biosimilaire LANTUS) du Laboratoire LILLY


TOUJEO®

= insuline glargine en triple concentration par rapport à LANTUS ou ABASAGLAR mais ne leur est pas bio équivalente sur le plan pharmacodynamique (nécessite un ajustement des doses souvent il faut près de 20% de TOUJEO en plus) et pharmacocinétique (profile plus plat et plus prolongé : 36 h)

 

Insuline dégludec TRESYBA®

(AMM à partir de 1 an)

Action

  • Début 2 heures
  • Durée 42 heures
 

Médicaments du diabète de type 2

insulinosécréteurs ⇒ peuvent provoquer des hypoglycémies

Sulfamides hypoglycémiants

Glibenclamide (DAONIL® cp 5 mg)

Sulfonyluré  de 2e G à demi-vie courte. 
Provoque une majoration de la réponse insulinotrope postprandiale.

 

Gliclazide (DIAMICRON® cp 30 mg)

Restaure  le pic précoce d’insulinosécrétion et augmente la seconde phase d’insulinosécrétion + propriétés hémo-vasculaires (diminue les micro thromboses)  

Glimépiride (AMAREL® cp 1 à 4 mg)

Glipizide (OZIDIA® cp 5 ou 10 mg)

Sulfonylurée de 2e G à demi-vie courte. Majoration de la réponse insulinotrope postprandiale. 

Glinides

Répaglinide (NOVONORM )

= sécrétagogue oral à action rapide qui abaisse fortement la glycémie
en stimulant la sécrétion d’insuline par le pancréas,
(dépend du bon fonctionnement des cellules ß des îlots pancréatiques).

Action anti-hyperglycémiante non hypoglycémiants

Metformine (GLUCOPHAGE CP 500, 850 et 1000 mg)

La metformine est un biguanide possédant des effets antihyperglycémiants, réduisant la glycémie basale et postprandiale.

Ne stimule pas la sécrétion d’insuline
⇒ ne provoque pas d’hypoglycémie.

Niveaux d’action :

au niveau hépatique en ↓ production de glucose,
en inhibant la néoglucogenèse et la glycogénolyse ; 

au niveau musculaire, ↑sensibilité à l’insuline, en favorisant la captation et l’utilisation périphérique du glucose ;

au niveau intestinal, en retardant l’absorption du glucose.

Stimule la synthèse intracellulaire du glycogène, en agissant sur la glycogène-synthase.

↑ capacité de transport de tous les types de transporteurs membranaires du glucose (GLUTs) connus à ce jour.

Retardent l’absorption des glucides après les repas
⇒ ↓ glycémie après les repas ⇒ non hypoglycémiants 

Acarbose ou GLUCOR cp 50 ou 100 mg

Pseudotétrasaccharide d’origine microbienne qui agit par inhibition compétitive des alpha-glucosidases (au niveau intestinal). Il diminue la dégradation des carbohydrates en monosaccharides absorbables. Diminue l’hyperglycémie postprandiale. 

Miglitol (DIASTABOL® CP 50 ou 100 mg)

= inhibiteur réversible des alpha-glucosidases intestinales. Ralenti la digestion des hydrates de carbone complexes en monosaccharides absorbables au niveau de l’intestin grêle. Réduit l’hyperglycémie postprandiale

La prise de médicaments inhibant la dégradation du  GLP-1 (glucagon-like peptide-1, qui est une hormone sécrétée par les cellules  intestinales en réponse à un repas et fait partie des hormones de la satiété.) endogène grâce au blocage de l’enzyme DPP-4 qui l’inactive : les inhibiteurs  de la DPP-4 : les gliptines (sitagliptine, vildagliptine, saxagliptine, linagliptine, alogliptine) ,
ou  l’injection d’un  analogue du GLP-1 résistant à la DPP-4 
permet l’amélioration de la réponse insulinique postprandiale des diabétiques.

Inhibiteurs de la DPP-4 (Di-Peptidyl-Peptidase-4)
Saxagliptine (ONGLYZA CP 5 mg)

= inhibiteur très puissant, sélectif, réversible et compétitif de la DPP-4.
(efficace 24 h)

Sitagliptine (JANUVIA cp 100 mg)

L’activité du GLP-1 et du GIP est limitée par l’enzyme DPP-4, qui hydrolyse rapidement les hormones incrétines en produits inactifs. La sitagliptine empêche l’hydrolyse des hormones incrétines par la DPP-4, d’où une augmentation des concentrations plasmatiques des formes actives du GLP-1 et du GIP.  

En augmentant les taux d’incrétines actives,
 La libération d’insuline ↑ et celle du glucagon
(d’une manière glucose-dépendante.)

 Vildagliptine (GALVUS cp 50 et 100 mg)

= inhibiteur puissant et sélectif de la DPP-4, amplifie l’effet incrétine sur les îlots de Langerhans.
Son administration  ⇒ inhibition rapide et complète de l’activité de la DPP-4  ⇒  ↑ GLP-1 (Glucagon-Like Peptide 1) et GIP (Glucose-dependent Insulinotropic Polypeptide).
Il améliore la sensibilité des cellules bêta au glucose, améliorant ainsi la sécrétion d’insuline glucose-dépendante. 

Agonistes du GLP-1
Liraglutide (VICTOZA®)

Solution injectable SC à 6 mg/ml présentés sous forme  de stylo jetables multidoses de 3 ml (boite de 2).
Présentant 97 % d’homologie avec le GLP-1 humain mais  contrairement au GLP-1 natif, il possède un profil permettant son administration en une fois par jour car plus résistant au (DPP-4) 

Les inhibiteurs du Sodium Glucose cotransporter type 2  aussi appelées glifozines (à cause de leur structure chimique), augmentent l’élimination du glucose dans les urines. 
Il s’agit d’une nouvelle classe d’hypoglycémiants oraux commercialisés en 2015.
Trois molécules sont déjà approuvées en Europe (dapagliflozine, canagliflozine, empagliflozine)  mais cette classe de médicaments est controversée …


 … les inhibiteurs du SGLT2 espoirs et controverses  

Mis à jour Décembre 2020

 

Articles liées  
⇒ Hyperglycémie 
⇒ Hypoglycémie 
Freestyle libre dans la surveillance de la glycémie 

Ressources Web sur les traitements du diabète 
Comprendre les traitements du Diabète avec Oscar (vidéo pédagogique réalisée par la Fédération Française des Diabétiques).
Traitement par l’insuline sur le site de l’AJD (Aide aux Jeunes Diabétiques). 
Plus d’informations sur les insulines sur le site Pharmaco médicale 

%d blogueurs aiment cette page :